Les jardins d’Arnaga

En 1900, Edmond Rostand (1868 - 1918), l’auteur de Cyrano de Bergerac et de L’Aiglon, vient se soigner à Cambo-les-Bains pour une grave maladie pulmonaire. Conquis par ce village au cœur du pays basque, il y revient en janvier 1902 pour s’y établir définitivement. Le poète décide d’y construire la demeure de ses rêves, Arnaga de style néobasque construit par l'architecte Albert Tournaire entre 1903 et 1906.

Les jardins d’Arnaga
Jean Rostand, le plus jeune fils et futur célèbre biologiste, disait du jardin d’Arnaga que son père « l’avait réellement créé de toutes pièces. Il en avait lui-même tracé tout le plan, avec minutie, avec amour, avec la même attention qu’il avait pour ses œuvres théâtrales ». C’est une véritable œuvre de verdure qu’imagine le poète. La tâche est énorme. Le vaste terrain, de seize hectares, nécessite une totale invention.

Les jardins d’Arnaga
Rostand demande à son architecte : « … quant aux jardins, si vous le voulez bien, ils seront “à la française”, avec leurs lignes bien dessinées, leurs bassins, leur orangerie et leur gloriette, qui évoqueront pour moi toute notre histoire, de Cyrano jusqu’à L’Aiglon !

Les jardins d’Arnaga
Albert Tournaire, premier Grand Prix de Rome, maîtrise les règles classiques. Il organise la vision du grand jardin régulier depuis la terrasse surélevée de la maison. De là, part l’axe de symétrie. La géométrie se décline dans l’ocre de ses allées et le vert de ses gazons. La main de l’homme est partout. Le végétal est maîtrisé, les arbustes forment des boules et des cônes parfaits qui soulignent les axes et les angles. À la périphérie, les haies sont taillées en murs adoucis d’ondulations comme pour créer un cadre à ce tableau végétal.


Les jardins d’Arnaga offrent un cadre idéal aux écrits de cette famille de poètes. Edmond Rostand les prend pour cadre de sa nouvelle pièce Chantecler. Rosemonde et son fils Maurice les chantent dans leurs poèmes. Le cadet, Jean, y découvre la vie des animaux qui deviendra la passion de sa vie. Aujourd’hui classé « Monument historique », « Jardin remarquable », « Arbres remarquables », « Maisons des illustres », le lieu accueille près de 90 000 visiteurs chaque année.
Les jardins d’Arnaga

Commentaires